Les marais du Conseiller


Les marais du Conseiller s’étendent à perte de vue, sur plus de 600 ha. Entre bassins salés, autrefois utilisés pour la production de sel et aujourd’hui pour la production de gambas et d’huîtres, et prairies humides où pâturent vaches et chevaux comme dans une petite Camargue, ils offrent des paysages très ouverts avec peu de haies et d’arbres. L’eau y est omniprésente, dans de grands bassins ou de petites mares, emprisonnée entre les chenaux ou s’étalant librement dans les prairies. On y retrouve de nombreuses espèces d'oiseaux comme le canard colvert, le héron cendré ou le chevalier cul-blanc.

 

Site acquis par le Port de Bordeaux pour y installer des activités industrielles qui ne s’y sont jamais développées, les marais du Conseiller sont aujourd’hui un lieu important pour les activités agricoles raisonnées. Visibles depuis les voies de circulation, ils sont la porte d’entrée du Verdon mais également du terminal à conteneurs de la zone portuaire. Les nombreux chasseurs de gibier d’eau y sont installés en bordure d’estuaire et profitent de la proximité des vasières et des prés salés.

 

Les chenaux saumâtres serpentent au milieu des bassins accueillant sur leurs berges une végétation spécifique : obione, salicorne, inule ou encore Armoise maritime, qui habille le marais de couleurs argentées. L’Armoise maritime est une plante protégée en Aquitaine, et le marais du Conseiller est une des rares stations connues au sud de l’Estuaire de la Gironde. Cette plante de couleur gris-argenté se rencontre en France uniquement sur le littoral Atlantique, le long des chenaux. Elle fleurit en septembre et embaume le marais avec son parfum entêtant.

 

Mots clés : marais maritimes, saumâtre, chenal, gambas, petite Camargue, Armoise maritime.

Crédits photos (par ordre alphabétique) : Alicia BARBARIN, CPIE Médoc, Emilie KIM, Sébastien GUYONNEAU (Khan), Éric LAVELATTE, Delphine TRENTACOSTA