Les marais du Logit


Le marais du Logit est souvent considéré comme un havre de tranquillité créé par l’homme situé dans l’écrin de la forêt de la Pointe de Grave. Invisible pour ceux qui ne le cherchent pas, il faut y pénétrer pour observer les bassins doux, où poussent roseaux et renoncules, et les bassins salés autour desquels sont installées des tonnes de chasse traditionnelles.

Une biodiversité très importante

Eaux douces et eaux saumâtres s’y côtoient et permettent l’expression d’une biodiversité très importante. On peut y découvrir à l’abri d’une végétation variée (tamaris, roseaux, prunelliers…) des espèces discrètes comme la tortue cistude, le martin-pêcheur ou de nombreuses espèces de grenouilles. Les prairies pâturées entre les bassins accueillent criquets, papillons et libellules. La situation du marais du Logit à proximité de l’estuaire et à l’abri de la forêt en fait une halte privilégiée pour le repos, le nourrissage et même la reproduction de nombreux oiseaux d’eau comme l’échasse blanche, le canard tadorne ou la poule d’eau.

 

D’abord utilisé pour produire du sel, puis du poisson et enfin pour l’élevage bovin, le marais du Logit, longtemps abandonné, retrouve aujourd’hui richesse biologique et qualité paysagère qui justifient son classement au titre de Natura 2000 mais également comme Zone Humide d’Intérêt Environnemental Particulier. Avec plus de 200 espèces animales et plus de 300 espèces végétales recensées, le Logit est un site exceptionnel, à l’équilibre menacé.

Un havre pour les libellules

 Au marais du Logit, les libellules servent depuis 2007 d’indicateurs de la qualité du milieu aquatique. Très exigeantes en fonctions des espèces, elles colonisent plus ou moins les pièces d’eau douce pour s’y reproduire. Et le marais du Logit se révèle particulièrement accueillant puisqu’on y trouve 24 espèces de libellules différentes… De l’Aeschne printanière au Leste sauvage, un régal pour les yeux !

Mots clés : forêt, roselières, chasse à la tonne, grenouilles.

Crédits photos (par ordre alphabétique) : Stéphanie ALÉZIER, CPIE Médoc, Emilie KIM, Éric LAVELATTE, Delphine TRENTACOSTA